Sélectionner une page

1

Sais-tu bien ta richesse ? As-tu jamais sondé l’abîme de l’Amour ? Je viens te révéler l’ineffable tendresse qui plane sur ton âme et la nuit et le jour.

2

Être « épouse du Christ »… c’est avoir tous les droits sur son Cœur… C’est un cœur à cœur pour toute une vie… C’est vivre avec… toujours avec…

3

Je te donne rendez-vous sous le regard du Maître, tenons-nous tout près de Lui, apportons-Lui toutes nos misères de corps et d’âme, comme les malades jadis à travers la Judée venaient à Lui.

4

Lorsque le poids du corps se fait sentir et fatigue votre âme, ne vous découragez pas, mais allez par la foi et l’amour à Celui qui a dit :  » Venez à moi et je vous soulagerai. »

5

Aux heures où vous ne sentirez que l’écrasement, la lassitude, vous Lui plairez encore si vous êtes fidèle à croire qu’Il opère encore, qu’Il vous aime quand même, et plus même.

6

Une âme qui permet ainsi à l’Être divin de rassasier en elle son besoin de communiquer tout ce qu’Il est et tout ce qu’Il a, est en réalité la louange de gloire de tous ses dons.

7

Comme l’on sent le besoin de se sanctifier, de s’oublier pour être toute aux intérêts de l’Église.

8

Je demande au bon Dieu qu’il vous soutienne dans vos souffrances, qui doivent être si pénibles à supporter, car à la longue l’âme s’en ressent et perd de son énergie ; mais alors vous n’avez qu’à vous tenir près du Crucifié, et votre souffrance est la meilleure prière.

9

A travers toutes les nuits, tous les vides, toutes les impuissances, je veux vous fixer toujours et demeurer sous votre grande lumière.